Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 19:52

...et quelques gouttes de ouzo.

 

La saison s'acheve. L'ile se vide.

Une protection solaire indice 30 sans paraben, une paire de lunettes, un chapeau de paille et un pagne pour tout uniforme.

 

Perdre toute notion du temps.

N'avoir plus comme seuls reperes que le lever et le coucher du soleil.

Et rythmer nos allers et venues avec la navette des ferries, ceux qui rejoignent le continent.

 

Nous sommes perdus.

Rien n'est decide encore.

Nous sommes perdus et pourtant la voie se trace, sereinement.

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 13:51

Pour ceux qui douteraient encore qu'il existe sur cette terre des TV show à la fois légers, hilarants et pourtant si intelligents avec, cerise sur le gâteau une femme aux commandes, je leur conseille de dévorer 30 Rock.

Ok ça ne date pas d'hier (première diffusion USA en 2006), mais ça nous change de Docteur Quinn, femme médecin, et ça a le don de nous faire glousser devant Alex Baldwin - tyrannique mais désespérément attractif - sans pour autant nous rendre cruche.

En plus, Tina Fey (créatrice du show et personnage principal) sait de quoi elle parle puisque c'est elle qui avait endossé le rôle de la caricature officielle de Sarah Palin lors des dernières élections présidentielles outre Atlantique.

 

Du petit lait.

 

30-rock.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2010 3 08 /09 /septembre /2010 13:15

Des yeux de biche

Des jambes interminables

Toi à l'autre bout du fil en illimité

Le bleu du ciel

Toi tout nu

Et moi dans tes bras

Le choix dans les armes

La façon de le dire

Le culot d'y croire

L'énergie d'y retourner

Des dents blanches

Et le goût du risque.

 

Je veux tout et toi avec...

 

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 18:56

Un grain de sable qui enraye toute la mécanique.

Et des semaines pour apprendre que je n'ai pas quitté la case départ alors que j'y mettais toute ma conviction.

Un comble.

 

Retrouver l'énergie, l'envie d'y aller et de jouer le jeu encore avec toujours le risque de perdre.

J'ai l'impression que cela prendra des siècles.

 

Toujours un truc qui cloche.

Jamais au top.

Je ne fais pas la différence.

Trop jeune, trop femme, pas assez expérimentée, pas assez chère, pas assez 2.0.

 

Comment se faire passer pour une perle quand on a une sainte horreur des vernis nacrés ?

 

Le sentiment ce soir d'être une coquille vide, un mollusque pas frais.

J'ai besoin de voir le large...

 

 

Partager cet article
Repost0
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 18:51

18h54.

Un openspace qui se vide.

Et quelques uns qui restent à bosser sur un sujet contre nature

(le secret professionnel m'interdisant de le dévoiler)

mais croyez-moi, ce n'est ni sexy ni funky et encore moins d'utilité publique.

 

J'ai des envies de tout débrancher, à commencer par le casque audio et de monter le volume pour réveiller les voisins.

 

Ne loupez pas le train, il n'y aura pas de deuxième départ.

 

Partager cet article
Repost0
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 16:30

Je n'ai jamais (encore) lu Lacan et débute avec Badiou.

Je tâtonne donc.

Mais en lisant ces quelques lignes de "De quoi Sarkozy est-il le nom ?"  - de circonstance - ce matin ligne 2,

en route vers la conférence de présentation de la grille de rentrée des radios nationales, dont je ne savais qu'attendre,

j'ai eu comme un déclic :

 

"Puisque nous sommes tous déprimés, la cure s'impose.

Lacan disait que l'enjeu d'une cure c'est "d'élever l'impuissance à l'impossible".

Si nous sommes dans un syndrome dont le symptôme majeur est l'impuissance avérée,

alors nous pouvons élever l'impuissance à l'impossible.

 

Mais qu'est-ce que cela veut dire ? Beaucoup de chose.

Cela veut dire trouver le point réel sur lequel tenir coûte que coûte.

N'être plus dans le filet vague de l'impuissance, de la nostalgie historique

et de la composante dépressive, mais trouver, construire, et tenir un point réel,

dont nous savons que nous allons le tenir, précisément parce que c'est un point ininscriptible dans la loi de la situation.

Si vous trouvez un point, de pensée et d'agir, ininscriptible dans la situation,

déclaré par l'opinion dominante unanime à la fois (et contradictoirement...) absolument déplorable et tout à fait impraticable, mais dont vous déclarez vous-mêmes que vous allez le tenir coûte que coûte, alors vous êtes en état d'élever l'impuissance à l'impossible.

Si vous tenez un tel point, alors vous devenez un sujet enchaîné aux conséquences de ce qui,

unanimement tenu pour une désastreuse lubie heureusement tout à fait impossible,

vous accorde au réel et vous constitue en exception au syndrome dépressif.

 

Toute la question est : que veut dire "tenir" un point réel de ce type, à supposer qu'on le trouve ?

Tenir un point, c'est exposer l'individu animal que l'on est à devenir le sujet des conséquences du point.

C'est s'incorporer à la construction des conséquences, au corps subjectivé qu'elles constituent peu à peu dans notre monde.

Ce faisant, c'est aussi construire, dans une temporalité d'opinion, une autre durée, distincte de celle à laquelle on a été acculé par la symbolisation [étatique]."

 

Alain Badiou, De quoi Sarkozy est-il le nom ?, 2007

 

...

 

Quelques uns seraient-ils tentés de partir avec moi en cure ?

Partager cet article
Repost0
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 18:28

Comment créer le désir de façon ludique donc diabolique,

dans un environnement raffiné ?

 

Petite leçon de marketing chez Bob Bob Ricard in London, où une sonnette au-dessus de chaque table et au premier abord anodine,  porte une indication aussi claire que mystérieuse "press for champagne".

C'est tentant, non ?

 

Que réserve cette invitation ?

Si commande il y a, le champagne est-il servi avec originalité ? Certains ont-ils déjà osé ?

Ou mieux encore,  cette action réserve-t-elle des surprises inimaginables ?

 

Il aurait été écrit "push the button" que cela aurait eu sur moi le même effet.

 

J'ai préféré ne jamais savoir...

Au moins jusqu'à la prochaine fois...

 

IMG_4174.JPG

 

L'expression "je te sonne" n'a jamais été aussi chic !

Partager cet article
Repost0
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 12:05

...de savoir pourquoi.

 

In english, ça donne Wonder why et malgré un âge de la maturité atteint depuis peu, l'envie de maternité qui gronde - selon tous les articles sur la jeune trentenaire dans la presse féminine et l'entourage si prévenant, j'assume ce côté midinette post ado (pléonasme ?) face à ce jeune chevelu anglais (un enfant d'à peine 21 ans) qui fait une pop fraîche, bien dosée, juste ce qu'il faut pour l'été - que dis-je, l'avant automne, et qui a le bon goût de se prénommer Julian comme l'autre.

 

J'en conviens, ce n'est en rien révolutionnaire, c'est easy, girly, ça sent bon la FM sur l'autoroute des vacances, le clip officiel est bullshit et il ne permet pas une excuse arty, on y trouve aucune réponse but I don't care.

 

L'effet d'un glaçon dans la nuque...

What's else.

 

 

Stich me up dans les bacs fin octobre - to be continue.

Partager cet article
Repost0
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 10:03

POP

"Même lorsque vous parlez de réjouissances "inférieures" et de réjouissances "supérieures",

l'art oppose un visage de glace,

car il souhaite se mouvoir dans les régions basses

comme dans les régions élevées

et il entend qu'on le laisse en paix s'il peut ainsi réjouir les hommes."

 

Bertolt Brecht, Petit Organon pour le théâtre, L'Arche, Paris, 1970 (1948).

Partager cet article
Repost0
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 14:39

OK, Ok, un jour je fustige notre société de consommation,

le lendemain je fais la promo d'un des shops les plus onéreux de la capitale

et surenchérie le surlendemain avec Liberty - j'écris ton nom - un lieu en plein coeur de Londres,

dédié (enfin presque) à l'art du tissu fleuri.

 

So what ? Est-ce interdit d'aimer les belles choses en même temps de vouloir le bien sur terre pour tous ?

No comment.

 

Bref, Liberty is amazing, même pour les plus mâles d'entres nous.

Le garçon, qui plus est anarco-marxiste mais pro-militariste [on n'est plus à un paradoxe près] qui m'accompagnait n'a pas boudait son plaisir en y découvrant qu'on pouvait broder son coussin soi-même (avec une tête de mort ou rien dessus, hein) ou la dernière collection de polos Liberty de Fred Perry.

So british.

 

Ce magasin vaut le détour - I swear - tant par l'extrême gentillesse et la prévenance des vendeurs

que par ce que l'on peut y trouver de concentré de style anglais.

 

Rien de tel qu'un passage chez Liberty pour réveiller l'envie qui est en vous

de partir à la découverte des cottages dans la région de Norfolk sous une pluie fine et incessante,

bottes Hunter aux pieds et plaid écossais pour nous réchauffer

quand Tea Time sonne.

 

So lovely.

 

target-liberty.jpg

 

Et pour ceux qui n'en n'ont jamais assez, une magnifique collection de tissus Liberty.

So crazy.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Vodka Lemoni
  • : Pas de justification. Pas de démonstration. Que des tripes avec du style et quelque élégance. Eviter de tomber dans le piège de l'egotrip "Miroir mon beau miroir". Sortir de l'éternelle fatalité "Vous êtes de ceux qui mettent leur orgueil dans ce qu'ils ne font pas" hein Simone. Et pour rendre à Patrick ce qui est à Patrick : "Il vaut mieux vivre avec des remords qu'avec des regrets" So, que la fête commence !
  • Contact

Recherche

Liens