Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 23:55

Si dans les plus hautes sphères de l'Etat l'heure est grave, entre l'annonce d'un "choc de simplification" à n'y rien comprendre, des caisses vides et des affaires de comptes à l'étranger qui tournent au vinaigre, arrangeant au passage celles d'un ancien président accusé d'abus de faiblesse avec Madame L'Oréal, ici, on vit une petite révolution.

 

Rien de comparable avec la fin des privilèges, quand on coupait des têtes ou encore l'avènement du web 2.0 et l'apparition des wikis en ligne, mais une victoire personnelle et qui pourrait même avoir un réel impact positif sur la planète. En ces temps de disette et de déprime générale, on ne va pas s'en priver.

 

Pendant des années, malgré les contre-indications d'experts, les conseils d'amies bienveillantes et les dossiers "spécial cheveux" de Femme Actuelle, je ne m'étais pas résolue à affronter le risque de sortir les cheveux sales, ne serait-ce avant un rendez-vous chez le coiffeur.Tel Samson, il semblait que ma confiance émanait de ma chevelure étincelante. En conséquence de quoi, je ne regardais pas à la dépense, et à chaque passage quotidien sous la douche, c'était le forfait complet, de la tête aux pieds, de la racine aux pointes.

 

Cette situation ne pouvait plus durer. Je ne pouvais plus me regarder dans la glace, chaque matin lors du fameux brushing (jamais convaincant et foutant le camp à la première occasion), sans ressentir un sentiment de honte et la nécessité de trouver une solution à ce comportement déviant.
Au-delà du bilan énergétique désastreux que cette habitude engendrait, mon capital santé capillaire ne cessait d'empirer comme si j'étais entrée dans un cercle vicieux : plus je les lavais, plus mes cheveux graissaient rapidement, non sans compter un éclat qui n'était plus et un volume au fond des chaussettes.

 

J'eus beau essayer les shampoings pour "cheveux sans vigueur et regraissant vite" achetés en magasin spécialisé, rien n'y faisait. Rebelles, ils se transformaient en une masse indéterminée et indépendante que je tentais de camoufler en un chignon banane, les jours de chance. L'hiver et les pulls en laine n'arrangeaient rien à l'enfer que je vivais et j'étais prête à abandonner en voyant les mannequins du dernier défilé Prada avec l'effet "wet hair" très proche du"fat hair" pour ne rien vous cacher. J'aurais été loin du rendu voulu mais au moins j'avais une excuse.

 

prada2-1-.jpg

Fille perdue cheveux gras chez Prada ?

 

C'était sans compter un produit miracle, qui date de Mathusalem (inventé il y a près de quarante ans, une éternité...), le shampoing sec. Comment n'y ai-je pas pensé plus tôt ? Comment ai-je pu vivre sans lui aussi longtemps ? 

 

Finies les angoisses au saut du lit quand la journée n'a pas encore commencé et que le chantier "cheveux" est à recommencer comme Un jour sans fin mais sans Bill à mes côtés.
Terminés les sauvetages avec les moyens du bord, dans les endroits publics avec quatre épingles et un chouchou revenu dans la tendance (je vous jure !).
Aux oubliettes enfin, l'envie de jouer à G.I. Jane avec la tondeuse de son amoureux à chaque changement météo.

 

Mon nouveau partenaire beauté est parfait, je ne le quitte plus mais je dois avouer qu'il ne remplassera jamais l'effet d'un massage de mon cuir chevelu, juste avant le rinçage, au salon de coiffure.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Cha

Présentation

  • : Vodka Lemoni
  • : Pas de justification. Pas de démonstration. Que des tripes avec du style et quelque élégance. Eviter de tomber dans le piège de l'egotrip "Miroir mon beau miroir". Sortir de l'éternelle fatalité "Vous êtes de ceux qui mettent leur orgueil dans ce qu'ils ne font pas" hein Simone. Et pour rendre à Patrick ce qui est à Patrick : "Il vaut mieux vivre avec des remords qu'avec des regrets" So, que la fête commence !
  • Contact

Recherche

Liens