Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 15:03

On ne parle que de cela.

Et si elle n'existait pas ; et si c'était un homme ; et si c'était plusieurs femmes à la place.

Et si elle n'était pas si belle en réalité.

 

Qu'à cela ne tienne.

 

Au-delà de la véracité des faits, de ce qui s'est réellement passé, Zero Dark Thirty est un de ces films maîtrisant les codes du cinéma de guerre, sans tomber dans ses propres pièges ; il fait le job niveau grosse artillerie au Moyen-Orient et réunions au sommet en complet trois pièces tout en évitant l'incontournable scène larmoyante sous la douche dévoilant autant les failles du ou de la protagoniste que sa plastique, ou celle des plaisirs de la chaire, trop faible, sous l'effet de quelques vapeurs d'alcool, dans un moment d'abandon pour faire comprendre, si cela était nécessaire, que ce ne sont pas que des machines à tuer, au cas où nous l'aurions oublié.

 

Mais plus fort encore et c'est à souligner, le deuxième sexe n'est pas oublié et encore moins négligé ou remisé au rang de Mata Hari, de femme de soldat, sourire obligé, attendant sagement le retour de son héros, pariant sur sa chance de cocue, s'il en est.

 

Ici les femmes portent la culotte et mènent la barque sans fard, parfois même coiffées d'un foulard.

Elles assument les responsabilités, engagent les hostilités en évitant savamment de jouer avec leur arme de séduction, ce qui leur ferait perdre tout crédit aux yeux des escadrons à leurs commandes.

 

Kathryn Bigelow réussit sur un terrain miné à ne pas tomber ni dans le piège d'un patriotisme attendu ni dans celui d'une lecture partisane de l'histoire. 

 

Mais où elle excelle davantage - Serait-ce parce que c'est une femme ? Grâce à ce sixième sens légendaire ? - c'est dans la mise en valeur de ses personnages. Elle ne fait aucune différence, aucune discrimination positive, entre ses personnages, qu'ils aient du poil au menton ou qu'ils sortent tout droit de la côte d'Adam. Elle les traite avec autant d'intelligence et d'intransigeance, sans jamais faire appel au genre pour expliquer les motivations ou les actions des unes et des autres.

 

Et si le spectateur autant que la spectatrice pariaient sur une amourette entre Maya (Jessica Chastain) et Dan (Jason Clarke) avant la capture d'OBL, ATTENTION MINI SPOIL DANS LA PHRASE QUI SUIT la réalisatrice choisit de ne pas satisfaire notre vil instinct pour s'en tenir à des relations professionnelles en toute parité.

 

Nous l'en remercierons jamais assez.

 

 

jessica-chastain-zero-dark-thirty.jpg

 

 

Partager cet article

Repost 0
Cha

Présentation

  • : Vodka Lemoni
  • : Pas de justification. Pas de démonstration. Que des tripes avec du style et quelque élégance. Eviter de tomber dans le piège de l'egotrip "Miroir mon beau miroir". Sortir de l'éternelle fatalité "Vous êtes de ceux qui mettent leur orgueil dans ce qu'ils ne font pas" hein Simone. Et pour rendre à Patrick ce qui est à Patrick : "Il vaut mieux vivre avec des remords qu'avec des regrets" So, que la fête commence !
  • Contact

Recherche

Liens