Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 octobre 2012 1 15 /10 /octobre /2012 17:07

IRL

Après plusieurs jours enfermée entre quatre murs, jouant des coudes avec les gouttes, luttant contre la grisaille, échappant de peu à la chute de moral grâce à des ersatzs de vie connectée en réseau, et ne rêvant qu'à battre le pavé en chair et en os, prête à accueillir la moindre opportunité quitte à me mouiller, me reviennent les images d'une expo à propos.

 

Celle d'un homme qui n' a pas trouvé mieux que de plonger dans les antres de Google Street, de s'y perdre à raison pour en choisir les meilleurs clichés, pris sur le vif, à la volée, sans aucune mise en scène et envie de se montrer grâce à un dispositif digne de l'imagination de George Orwell.

Le résultat est des plus flippants, aussi désarmant que bluffant. 

Une plongée en eaux troubles, un exercice titanesque, facilité certainement par des mots clef rusés, assez aiguisés pour y dégoter les perles et augmenter les probabilités de tomber sur une scène censurée.

 

Un regard virtuel, ordonné, automatisé, quasi-omniscient sur nos vies jusque dans leurs impasses et leurs secrets.

 

Une démarche qui paradoxalement, par le travail de fouille et de sélection des photographies parmi les milliers en série, prises insensiblement et machinalement, nous ramène aux frontières du réel.

 

 

new 0965

Jon RafmanThe Nine Eyes of Google Street View

Saatchi Gallery, Londres, du 14 octobre au 5 novembre 2012

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Vodka Lemoni
  • : Pas de justification. Pas de démonstration. Que des tripes avec du style et quelque élégance. Eviter de tomber dans le piège de l'egotrip "Miroir mon beau miroir". Sortir de l'éternelle fatalité "Vous êtes de ceux qui mettent leur orgueil dans ce qu'ils ne font pas" hein Simone. Et pour rendre à Patrick ce qui est à Patrick : "Il vaut mieux vivre avec des remords qu'avec des regrets" So, que la fête commence !
  • Contact

Recherche

Liens