Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 20:25

La quatrième de couverture

et l'incipit...

Reposer l'oeuvre* sur la pile des livres sur la liste.

 

Ne pas l'oublier mais le mettre de côté, pour le moment.

Ne pas vouloir tout gâcher parce que préméditer et tout mélanger.

Laisser passer l'été et l'appréhension de ne pas aimer.

Et le danger de calquer une idée préfabriquée.

 

Choisir un matin de rentrée

prendre un train, place réservée,

accompagnée du roman dédicacé.

 

Fatou, siège passager, que l'on veut préservée, est l'objet de toutes les attentions,

de toutes les espérances.

 

A peine les présentations faîtes, elle ne nous quitte déjà plus.

 

Le voyage commence.

Installé sur la banquette arrière de la voiture.

A observer, à écouter, on se fait discret mais on n'en perd pas une miette.

 

Tout va très vite, c'est aiguisé, millimétré et si spontané.

 

L'auteur, au coeur de son sujet, loin d'être fatigué et d'adopter la posture du blasé ou au contraire d'enjoliver les faits,

écrit combien rien n'est vrai de ce que l'on veut nous faire croire,

que cette banlieue n'est pas un monde à part,

que ce n'est pas le côté obscure de la force

et qu'au milieu d'une indifférente réalité, quelques-uns résistent à la fatalité

et nous mettent en face de nos responsabilités.

 

Sans juger.

Sans sermonner.

 

Avec lucidité et sensibilité.

Outre le cercle des initiés,

outre sa pudeur et ce que cela lui a coûté,

il a évité le pathos et la facilité.

 

Et donné l'envie d'être meilleur, de ne pas avoir peur et d'aller voir la cascade en couleurs.

 

*A l'arrache de Patrick Goujon, éditions Gallimard.

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Vodka Lemoni
  • : Pas de justification. Pas de démonstration. Que des tripes avec du style et quelque élégance. Eviter de tomber dans le piège de l'egotrip "Miroir mon beau miroir". Sortir de l'éternelle fatalité "Vous êtes de ceux qui mettent leur orgueil dans ce qu'ils ne font pas" hein Simone. Et pour rendre à Patrick ce qui est à Patrick : "Il vaut mieux vivre avec des remords qu'avec des regrets" So, que la fête commence !
  • Contact

Recherche

Liens