Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 10:35

"Il serait donc possible, aujourd'hui, qu'une simple expérience poétique ait l'oeil - ait l'esprit - ait la force ? Qu'elle soit exactement contemporaine de ce qui déferle de tous côtés sur la Terre ?

Un révolutionnaire français, exilé à Florence trente ans avant moi, aimait dire ceci : "Un homme est défini par ce qu'il entend, pratiquement, par poésie ; donc ce dont il se contente sous ce nom."

Il citait ensuite Hegel : "A ce dont un esprit se contente, on reconnaît l'étendue de sa perte."

Je ne me contente de rien. Je veux jouir poétiquement de l'existence. Je veux connaître la liberté maximale. C'est pourquoi je suis venu vivre en Italie.

Et puis je l'ai dit : je crois au roman, à cette alchimie qui transforme les détails quotidiens en signes, y mêle vos désirs, vos attentes, vos rencontres, et procure une forme à votre vie. Que vous le vouliez ou non, une parole s'écrit ainsi ; elle vous porte, comme une monture de chevalier - et prend figure de destin.

Je me crois dans un roman, donc j'y suis : le savoir commence ici.

La vie personnelle est une figure de la liberté ; rien d'autre n'a d'importance. Je me promène, l'esprit ouvert, et ce qui me trouble m'offre des étincelles d'existence."

Yannick Haenel, Je cherche l'Italie, Gallimard

Partager cet article

Repost 0
Cha - dans Yannick Haenel Italie

Présentation

  • : Vodka Lemoni
  • : Pas de justification. Pas de démonstration. Que des tripes avec du style et quelque élégance. Eviter de tomber dans le piège de l'egotrip "Miroir mon beau miroir". Sortir de l'éternelle fatalité "Vous êtes de ceux qui mettent leur orgueil dans ce qu'ils ne font pas" hein Simone. Et pour rendre à Patrick ce qui est à Patrick : "Il vaut mieux vivre avec des remords qu'avec des regrets" So, que la fête commence !
  • Contact

Recherche

Liens