Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 21:40
A normal guy, a top dad...a top guy, a normal dad.

A normal guy, a top dad...a top guy, a normal dad.

30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 16:36

Chez le fleuriste.

Derrière le comptoir, une vendeuse à un de ses collègues : "Patrick, dis bonjour au bébé. Devine comment il s'appelle... Un indice, c'est une référence Interflora, des roses rouges et des lys".

Fiche technique du modèle en question.

Fiche technique du modèle en question.

Cha - dans Fleurs Interflora
30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 16:26

"Il faudrait reconnaître que l'exposition est morte en tant que laboratoire artistique et admettre qu'elle prolifère aujourd'hui en tant que banc d'essai scénographique pour les boutiques de luxe".

DeYi Studio, artpress 2, trimestriel n°36

*Banksy.

Cha - dans Banksy DeYi Studio Luxe Art
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 16:27

"On peut travailler en solitaire pendant des années, c'est même la seule manière de travailler à vrai dire ; vient toujours un moment où l'on éprouve le besoin de montrer son travail au monde, moins pour recueillir son jugement que pour se rassurer soi-même sur l'existence de ce travail, et même sur son existence propre, au sein d'une espèce sociale l'individualité n'est guère qu'une fiction brève."

Michel Houellebecq, La carte et le territoire, 2010

Cha - dans Michel Houellebecq
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 14:46

Des Stan Smith et des vestes Carhartt à la pelle.

De la bière sur mon jean's, je me noie dans une marée de blancs-becs de deux mètres,
qui hurlent leur amour du Hip Hop et leur adolescence fanée.

Je suis larguée.
DJ Premier fait du bruit et balance le son.
Je sens que je passe à côté.
Je m'attendais à être placée, je lutte pour ne pas me faire écraser.
Plus de mon âge.

Sur les côtés c'est "passe passe le oinj".
Je prends un air cool, c'est vendredi soir. Thalassa passe à la trappe.
Perdue dans la foule, l'idée de me réveiller aux aurores stoppe tous les élans de sympathie.
Je deviens vieille (et méchante). Mes oreilles sifflent, mes baskets collent au sol.

Fin de la première partie.
Primo n'a pas demandé son reste.
L'expert que j'accompagne semble avoir rajeuni de quinze ans.
Même s'il a perdu la voix, son sourire parle pour lui. C'est bon signe.

On attend sagement le concert d'un groupe dont on ne sait rien. Peut-être que ce sera bien.

Ca recommence, le public s'emballe. Je n'y pige rien. Je prends mon mal en patience et essaie de paraître parfaitement à l'aise. Mais je n'entends que Pow Wow dans la langue de Shakespeare. D'interminables minutes passent. Je souris, je me sens idiote.

L'expert se tourne alors vers moi et me demande ce que j'en pense. Avant de tourner sept fois ma langue dans ma bouche, je fais une mine dubitative et hurle à son oreille "Ce n'est pas ma came", comprenez "Je m'ennuie mais on reste, si tu veux".

"Et toi ?"

Je lis sur ses lèvres :

"On s'arrache." Sans autre nuance.

Je m'en veux déjà. Je me dis que je suis égoïste, que je lui gâche la fête, qu'il fait ça pour me faire plaisir. J'essaie de me rattraper "Mais non, c'est plutôt intéressant, en fait".

Très sûr de lui, il me prend la main et tel Moïse, trace notre chemin à travers la masse informe.

Aux portes, on nous demande si notre sortie est définitive. On sourit poliment. J'ai honte.

Plus loin, il précise comme pour me rassurer : "Je n'en pouvais plus, c'était insupportable."
Et avant même que j'ai besoin d'insister :
"Pas de regret, j'étais venu pour Premier".

Il n'est pas vingt-deux heures dehors.
Notre crédit baby-sitter n'est alors pas encore épuisé.

La nuit (ou tout comme) nous appartient...

Thinking of a master plan

Thinking of a master plan

21 août 2015 5 21 /08 /août /2015 16:45

"Le féminisme est une révolution, pas un réaménagement des consignes marketing, pas une vague promotion de la fellation ou de l'échangisme, il n'est pas seulement question d'améliorer les salaires d'appoint. Le féminisme est une aventure collective, pour les femmes, pour les hommes, et pour les autres. Une révolution, bien en marche. Une vision du monde, un choix. Il ne s'agit pas d'opposer les petits avantages des femmes aux petits acquis des hommes, mais bien de tout foutre en l'air."

Virginie Despentes, King Kong Théorie, Grasset.

17 juin 2015 3 17 /06 /juin /2015 10:35

"Il serait donc possible, aujourd'hui, qu'une simple expérience poétique ait l'oeil - ait l'esprit - ait la force ? Qu'elle soit exactement contemporaine de ce qui déferle de tous côtés sur la Terre ?

Un révolutionnaire français, exilé à Florence trente ans avant moi, aimait dire ceci : "Un homme est défini par ce qu'il entend, pratiquement, par poésie ; donc ce dont il se contente sous ce nom."

Il citait ensuite Hegel : "A ce dont un esprit se contente, on reconnaît l'étendue de sa perte."

Je ne me contente de rien. Je veux jouir poétiquement de l'existence. Je veux connaître la liberté maximale. C'est pourquoi je suis venu vivre en Italie.

Et puis je l'ai dit : je crois au roman, à cette alchimie qui transforme les détails quotidiens en signes, y mêle vos désirs, vos attentes, vos rencontres, et procure une forme à votre vie. Que vous le vouliez ou non, une parole s'écrit ainsi ; elle vous porte, comme une monture de chevalier - et prend figure de destin.

Je me crois dans un roman, donc j'y suis : le savoir commence ici.

La vie personnelle est une figure de la liberté ; rien d'autre n'a d'importance. Je me promène, l'esprit ouvert, et ce qui me trouble m'offre des étincelles d'existence."

Yannick Haenel, Je cherche l'Italie, Gallimard

Cha - dans Yannick Haenel Italie
7 mai 2015 4 07 /05 /mai /2015 15:34

Dans un "concept store" parisien :

Elle : "Et ça, t'en dis quoi ?"

Lui : "Faut être mannequin pour acheter une chose pareille."

Elle, à peine ébranlée : "Je te remercie."

25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 12:42

Un fantasme, un spectre, une projection.
Ses gestes sont posés. Sa peau est lisse.
Rien ne dépasse, ne transpire, ne bave.
Tout est sur mesure.

Claire Underwood est cette femme intouchable, inaccessible, irréelle.
La perfection au féminin.
Sa garde-robe nous fait pâlir autant que sa silhouette nous envoûte.

Même dans ses moments de doute, elle ne marque pas une ride et reste droite comme un I.

Après avoir dévoré les premiers épisodes de la saison 3 de House of Cards, on se rassure en pensant que cette héroïne glaciale ne peut être qu'un robot programmé pour gagner, ne montrant jamais une once d'humanité, de faiblesse comme le commun des mortels.

Nous nous serions fait à l'idée, qu'entre elle et nous existe un fossé que nous ne pourrions jamais traverser. Jusqu'au jour où, au climax de négociations internationales, elle s'octroie un passage aux toilettes pour dames, comme vous et moi.

L'histoire aurait pu s'arrêter là.

Nous aurions compris que derrière le monstre, se cache en réalité un être humain ayant besoin de souffler et de se "rafraîchir", au même titre que Hannah, Sosh ou encore Jenna. Nous aurions alors repris espoir qu'un jour, à grand renfort de newsletters de Gwyneth Paltrow et une force d'auto-persuasion aussi convaincante que celle des Filles d'aujourd'hui, on se hisse à la cheville de Claire dans la catégorie "Quelle jupe appropriée pour une réunion au sommet".

Mieux que ça. Les scénaristes nous ont offert un moment de grâce que nous n'aurions pu imaginer même dans nos rêves les plus fous. Car loin de jouer l'ellipse et de retrouver la First Lady* les mains propres à nouveau à discuter des gros dossiers, nous passons la porte des toilettes, assistant à un tuto make-up gratuit pour les filles, l'air de rien, mais qui veut dire beaucoup et de façon explicite que oui même Claire Underwood a besoin de quelques artifices pour prétendre à une beauté naturelle.

On ne dévoilera pas la fin de la séquence qui est du petit lait (sans mauvais jeu de mots) mais nous sommes définitivement rassurés sur le fait que demander la direction du petit coin, plutôt que de trépigner sur notre chaise, n'est plus vu comme une entorse à la bienséance.

Au contraire, cela pourra être considéré comme une marque d'élégance voire même une action stratégique à la manière de Mme Underwood pour arriver à ses fins.

A une seule différence, la porte fermée.

*Sorry pour le spoiler pour ceux qui n'auraient pas vu la saison 2.

Dame pipi
24 mars 2015 2 24 /03 /mars /2015 15:15

Make up pour repousser les frontières du réel.

Rien pour cacher, plutôt pour révéler l'art de porter le masque à même la peau.

Collection Beth Dito pour MAC. 2012

Collection Beth Dito pour MAC. 2012

Jacquemus Fall 2015

Jacquemus Fall 2015

Présentation

  • : Vodka Lemoni
  • : Pas de justification. Pas de démonstration. Que des tripes avec du style et quelque élégance. Eviter de tomber dans le piège de l'egotrip "Miroir mon beau miroir". Sortir de l'éternelle fatalité "Vous êtes de ceux qui mettent leur orgueil dans ce qu'ils ne font pas" hein Simone. Et pour rendre à Patrick ce qui est à Patrick : "Il vaut mieux vivre avec des remords qu'avec des regrets" So, que la fête commence !
  • Contact

Recherche

Liens